Accueil

Dans le théâtre public français, il est de bon ton de dire qu’on aime rire et qu’on a le sens de l’humour. Tout le monde s’accorde là-dessus. Mais dans les faits, on méprise souvent ceux qui font rire et on craint, en tant que spectateur ou programmateur, de rire de quelque chose de bête, de grossier, de facile, de divertissant, de scandaleux, bref d’indigne de l’art et des missions du service public. Comment émettre un jugement esthétique fiable sur le comique ? Quand et comment prendre le risque de rire et de faire rire ? Ce sont à ces questions que ce projet de recherche-création propose de s’affronter.

L’hypothèse de départ pourrait être la suivante : le grand comique – celui qui a une puissance créative et ne se limite pas aux recettes ni aux effets – est une prise de risque nécessaire qui s’impose à un moment précis. Il est moins affaire de décision raisonnable que de jaillissement – irrépressible. Il répond à une impérieuse nécessité, il surgit dans un instant fragile et fugace, et il a toujours une dimension aveugle : au moment où « ça » surgit, personne ne sait complètement, ni sur scène ni dans la salle, jusqu’où ira le rire. Le grand comique a besoin de cette part irréductiblement aveugle du jaillissement et de l’audace, et il travaille depuis la fragilité qu’il y a à s’exposer. Il accepte l’incertitude.

Penser le rire comme une prise de risque nécessaire, c’est reconnaître qu’il est une manifestation de la pulsion de vie. Nietzsche écrit dans La Volonté de puissance : « L’homme souffre si profondément qu’il a dû inventer le rire. » La pulsion comique répond à la cruauté de l’existence, et c’est à la hauteur d’une telle cruauté qu’il faut penser le rire – toutes les formes de rire, de l’idiotie et du burlesque à l’humour. Mais le comique est paradoxal en ce qu’il transforme cette cruauté en plaisir : sa loi est de faire silence – pudique – sur la douleur dans laquelle il s’origine. Il est possible, toutefois, que le grand comique soit celui qui fasse entendre ce silence.

Si la question du comique a fait l’objet de beaucoup d’études, d’explorations et de publications, les outils d’appréciation esthétique du comique – ce qu’est un bon comique, un grand comique – nous font terriblement défaut. Le comique est l’un des objets les plus difficiles à juger de façon un peu claire et formulée. Le manque de critères, de repères, de concepts génère souvent des réflexions pauvres, qui s’empêtrent dans le jugement moral ou qui reconduisent spontanément des clichés. Parce que nous sommes démunis pour penser la grandeur artistique du comique, cette recherche-création se propose d’élaborer des outils permettant d’éclairer et d’affiner le jugement esthétique et de mieux se repérer, aussi bien dans la création comique que dans sa réception.

On ne pourra certes pas ignorer que la problématique de ce projet de recherche- création est en partie irrésoluble, car le rire est subjectif (le sens de l’humour n’est pas le sens le plus partagé du monde, et nous ne rions pas tous et toutes des mêmes choses), historique (il varie selon époques) et sociétal (il est affaire de groupe, donc de classe sociale et de culture, de pays). Nous faisons toutefois le pari que le chemin parcouru au cours de cette recherche produira des réflexions utiles et éclairantes pour chacun.e dans sa pratique artistique, sa pratique de spectateurice, voire sa pratique future de programmateurice. En bref, que nous soyons un peu plus sagaces pour penser, parler et faire du comique.